Golf et Podologie - Gabrielle Nieuwland, podologue

Nous sommes tous, nous golfeurs, à la recherche d’un swing qui corresponde à notre morphologie et à nos capacités physiques. L’entraînement régulier et la pratique du golf, comme toute autre activité sportive, peut entraîner des troubles musculaires, osseux et autres affections au niveau du membre inférieur et du rachis. Afin de cerner plus spécifiquement ces troubles, un bilan podologique orientera sur les différentes possibilités de soins.

« Podologie sportive » comment la définir ?

Définissons tout d’abord brièvement la « podologie » tout court : la podologie est l’étude du pied, de ses affections tant de la peau que des troubles mécaniques liés à sa fonction.
Ainsi, la « podologie sportive » prend-elle toute son importance étant donné l’activité naturellement imposée par la force, la rapidité, l’amplitude et bien sûr la répétition des mouvements dépendant du sport ou activité pratiqué(e).

 

Quelle est la relation entre podologie et golf ?

 Lors de la pratique du golf, le membre inférieur et le pied sont mis à contribution tant pour la marche sur le parcours que par les différentes postures et appuis.  Parfois, l’activité sportive peut engendrer douleur, inconfort et difficulté au moment de la pratique.

 

Quelle est l’intervention d’un podologue du sport ?

Le podologue devra tenter de définir les différents troubles biomécaniques par un bilan podologique le cas échéant.
Ces troubles peuvent être de nature musculaire, articulaire neurologique, morphologique (pied plat, creux, hallux valgus, griffes d’orteils) et circulatoire.
 Le bilan podologique se basera sur différents examens du pied en charge (debout) en décharge (assis) et en biodynamique.
 Le bilan en décharge pointera les problèmes cutanés, vasculaires, articulaires, musculaires et le repérage précis des zones douloureuse.
En charge, une image numérique du pied sera établie mettant en évidence les zones d’hyper appuis.
Le bilan biomécanique dynamique sera effectué sur une plateforme de marche à capteurs électroniques afin d’établir les zones de pressions durant les phases de la marche.

 

Quelles sont les pathologies rencontrées ?

Mises à part les pathologies préexistantes qui peuvent être aggravées par la pratique d’un sport, le golf pourrait plus spécifiquement en occasionner d’autres à différents niveaux dont :

  • Fractures de fatigue des métatarsiens
  • Sésamoïdites lors du pivot au niveau de l’avant-pied
  • Tendinite
  • Aponévrosite plantaire
  • Bursite
  • Mycose
  • Cors, cal, hyperkératose

D’autres pathologies peuvent se déclarer au niveau du genou et des lombaires.

 

Conseils pour les chaussures de golf et conséquences ?

La distance à parcourir en marchant sur un parcours de golf peut varier entre 4 et 10 km, autant le faire dans des chaussures confortables. Même si théoriquement et techniquement les chaussures sont parfaites, le confort n’appartient qu’à celui ou celle qui les porte. Le confort est ainsi le premier critère d’une bonne chaussure.
De ce fait, il faut également tenir compte des différentes morphologies voire déformations du pied et adapter le modèle de chaussure en conséquence. Rester attentif à choisir une pointure parfaitement adaptée dans sa pointure ainsi qu’à la largeur de l’avant-pied (plusieurs options possibles). S’assurer d’un matériel adéquat et adapté à la saison.

 

Quelle prévention ?

Un bilan podologique est un facteur déterminant pour la prévention des troubles du pied et du membre inférieur. En étant conscient de certains problèmes, des mesures bien ciblées peuvent être initiées, pouvant ainsi améliorer les performances golfiques ainsi que le bien-être en général.
Une bonne condition physique et un entraînement de qualité contribuent sans aucun doute à prévenir certains accidents sportifs. Ne pas hésiter à prendre contact avec un/e coach qui saura déterminer les zones à travailler et à renforcer.

 

Je vous souhaite une très belle saison golfique et beaucoup de plaisir !

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés